Jean-François Feuillant

j'habite ici

LOA Lieu, Objet, Architecture | Place, Object, Architecture
(4x3x3 m) Steel, plexiglass with silkscreen print
Paid for by the Town of Champ sur Yonne/ Champ sur Yonne Professional High School, 2005.
Advertisements

February 24, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

Redoutable

Underwater image projection, mixed dimensions
Les enfants du sabbat 6, Le Creux de l’Enfer,
Centre d’Art Contemporain, Thiers, 2006.

Untitled
Greenhouse, salt, projection video, 4x3x2 m
13bis Gallery, Clermont-Ferrand, 2006.

February 24, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

Jean-François Feuillant échafaude un travail d’installations qui se composent d’éléments architecturaux et d’« images » de paysages. Il est ici bien question d’images puisque les paysages que l’artiste choisit de mettre en œuvre, appartiennent à l’imaginaire populaire et parfois kitch de la tapisserie, du poster ou du papier peint. Les architectures que « véhicule » l’artiste témoignent aussi de cet univers.

Le plus souvent, il s’agit d’architectures mobiles, nomades, touristiques et populaires. Jean-François Feuillant déplace ainsi caravanes, tentes de camping, petits chalets de villégiatures montagnardes, cabanons de plages ou de jardins, serres… cristallisant ainsi son œuvre dans de nouvelles formes de contemplations paysagères.

Mais, au-delà d’une démarche et d’une esthétique qui lui est propre, ce qui se dégage du travail de Jean-François Feuillant, c’est surtout une atmosphère, celle de la mélancolie. Et, c’est les lumières et les lueurs qui orchestrent la juxtaposition des images et des éléments d’architecture qui créent toute la dimension onirique de son travail.

Les instants évoqués par l’artiste sont ceux de la fin du jour, ces moments où les lumières s’allument dans les caravanes et les tentes, les néons, les lumières blafardes, un peu criardes parfois, pendant que « dehors », le paysage est encore baigné des lueurs du crépuscule ou de la lune, pleine, qui irradie la campagne et les pics enneigés. La vision se fait alors plus romantique. Les images, les cartes postales aux couleurs excessives, nimbées dans une toute autre lumière, une toute autre atmosphère, changent alors d’état. Elles prennent une autre forme, beaucoup plus esthétique et universelle.

Mais, le romantisme, la tristesse et la mélancolie dont les œuvres de Jean-François Feuillant sont chargées ne sont pas désuets. Ils ne renvoient pas à toute l’histoire des siècles passés. Justement dosés dans des visions si présentes et si actuelles, ils font sens.

En donnant d’autres atours aux images les plus éculées des congés payées, de la démocratisation du périple, du voyage ou de l’épopée, l’artiste propose enfin, d’autres voies, salutaires, pour explorer encore le monde.

Alexandre Rolla

Artist, Professeur et Critique d’Art

Axonomobile
Vinyl and glycerophtalic paint, 10 x 8 m
Camping, ENAD Limoges, 2003.

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment


***
Camping tent, carpet, halogen lamps
In situ installation 13bis Gallery, Clermont-Ferrand, 2006.

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

Illusion of Property
Scaffolding (various dimensions), camping tent (200×140 cm), Construction sign, poster on a wooden board (388×270 cm)
Les enfants du sabbat 6, Le Creux de l’Enfer, Centre d’Art Contemporain,
Thiers, 2004.

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

J’ habite .
Thomas David, artist and art critic
Jean-François Feuillant est un artiste du mouvement, du déplacement, un nomade que n’aurait pas renié Bruce Chatwin, désireux d’habiter les interstices des cultures sédentaires.
Exposer, c’est pour lui une façon de continuer, de repartir.


A chaque Vernissage signifie son expropriation: Lorsqu’il vous ouvre les portes, Jean-François Feuillant vous laisse les clefs et repart vers les champs, en quête d’un nouvel espace vierge.

Sa terre promise est celle il construit.

Au détour d’une ballade en raquette, nous découvrons un châlet nordique enneigé, comme tiré d’une boule a neige bien secouée; Souvenir immémorrable de paysages fantasmés, de pays par lesquels il ne fait que passer.

Toujours à l’aise dans la démesure, lorsque Jean-François Feuillant va au camping, celui-ci n’a rien de sauvage, bien au contraire,: formaté, surpeuplé, normalisé, le bivouac estival ruisselle l’effroi et la beauté d’un building la nuit. Puis, alangui dans l’espace d’exposition, il s’abandonne à la phénoménologie du camping; face a lui, les vestiges, , exibés comme des trophées d’une résidence humaine.

Mais venez, venez chez Jean-Francois Feuillant puisque, il vous le dit, il habite ici.
*      *       *

Jean-Francois Feuillant is an artist of movement and displacement; a nomad who could never disown Bruce Chatwin; yearning to live in and discover unknown cultures.

He clearly lives and exists through each exhibition…

Each Opening signifies a new expropriation: As soon as you open the door, Jean-Francois Feuillant leaves you the keys and heads for the fields looking for a new space; searching for a promised land where he can construct.
With one snowshoe trip, we discover a snowy Nordic cottage, as if we’re in a well- shaken snow globe, indescribably remembered from fantasized landscapes and countries that cannot be entered.

Always at home in detail and excess, when Jean Francois Feuillant goes camping, nothing is completely wild. Quite the contrary: formatted, overcrowded, and standardized: terror and beauty shine off the tents like a building at night.

But come, come to see Jean-Francois Feuillant, because, as he tells you, he lives here.

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

Chaleureux Foyers

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

******
Camping tents, hairdryers, halogen lights
La sirène, Paris, 2007.

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

Beach tents
In situ installation Espace d’Art Contemporain, La Rochelle, 2006.

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment

****

Beach tents In situ installation
Espace d’Art Contemporain, La Rochelle, 2006.

February 23, 2010 Posted by | Uncategorized | Leave a comment